Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si, comme les médias, on oublie volontairement la partie la plus grave, à

Si, comme les médias, on oublie volontairement la partie la plus grave, à savoir le conflit d'intérêts, ça tient quand même à peu de chose ;)  

Cette histoire, au total, est l'illustration patente du rapport des socialistes à l'argent. Jaques Chirac disait en son temps que les socialistes entretiennent avec l'argent le même rapport trouble que le sable et l'eau : ils l'absorbent et on ne sait jamais où il passe. 

Là, c'est le contraire, on finit par savoir qu'un conseiller, rédigeant des textes pour Montebourg et fustigeant la gauche caviar, en fait, lui, était de la gauche Almas, celle du caviar blanc : entre conflit d'intérêts, attitudes méprisante pour les petits, intriguant de cour, il cristallise en une seule personne tous les pires aspects de cette gauche mitterrandienne qui fait du secret, des attitudes monarchiques une sorte de credo. 

 

Alors oui, si l'on rajoute le fait qu'on privatise des salons officiels pour se faire cirer les pompes et se sentir "important", c'est l'arbre que les journalistes feront pousser pour cacher la forêt. 

 

Plus grave encore, tout le monde connaissait ses attitudes, mais elles sont tellement "normale" dans ce milieu de petits marquis, que personne ne disait rien. Et ce que l'on va nous faire passer pour de la réactivité, à savoir son éviction immédiate, n'est en fait que l'aveu d'une couverture généralisée pendant 20 ans de ses activités pour le moins déontologiquement contestables

Partager cet article

Repost 0