Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aymeric Caron, végétarien ou "végète à rien" ?

Aymeric Caron, qui est à l'intelligence ce que le vélo d'appartement est au sport extrême, reste pour moi la plus grande énigme télévisuelle française.

Odieux, méprisant, suffisant jusqu'à l’écœurement, Aymeric Caron, petit Torquemada low-cost, vient professer sa mauvaise parole de façon hebdomadaire sur une chaîne de service public.

On reproche assez au privé de servir de la soupe et de la bouillie pour s'interroger sur la pitance faite sous lui par Aymeric Caron.

Procureur en chef autoproclamé d'une bien-pensance omnisciente, il n'hésite pas à se présenter comme victime d'un système, système dont, rappelons-le, il est un des engrenages mis en place par la bienveillance de Laurent Ruquier dont l'humour est au niveau de la popularité de François Hollande.

A coup de formules toutes faites sorties sans doute du cerveau cocaïné d'un créa' “la mode est à la haine et la haine est à la mode”, il prétend voir le monde. Mais les œillères qui sont les siennes sont épaisses, elles s'appellent parisianisme et activisme.
Parisianisme car la vision "des français" de Caron est plus proche d'une sorte d'ethnologie sous substance que d'un réel intérêt pour l'humain et activisme car il y a chez ce garçon une volonté de s'opposer pour exister qui en dit long sur son mal-être personnel.

Défendre la gauche à tout prix, même celui de mépriser les classes populaires qui ont déserté la gauche, ça ne lui pose aucun soucis car, pour lui, la classe populaire, moutonnière se dirige par la peur. Il suffirait donc de dire que l'extrême-droite c'est pas bien pour que tout redevienne comme avant. Erreur grave, originelle, mais tellement compréhensible quand on voit la profondeur de sa réflexion qui n'est pas sans évoquer une assiette plate...

Partager cet article

Repost 0