Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il ne vous a pas échappé que, depuis quelques jours, les médias paniquent. Habitués au panurgisme le plus total, ils se suivaient les uns les autres, suivaient les instituts de sondages qui, eux même se suivaient pour dispenser la "bonne pensée"... et le bon électeur les suivait. Bon, quelques coups de semonce avaient bien éclaté ici ou là, Chirac Balladur, le Pen au second tour et exit Jospin, mais rien d'aussi grave... que l'élection de Donald Trump. 

Pensez donc, un candidat qui avait contre lui : les artistes, les médias, une partie de son propre parti, les sondeurs unanimes pour l'enterrer il n'en fallait pas plus, selon eux, pour signer sa mort politique. Et face à lui, une candidate plus très jeune, ayant une santé précaire, n'étant pas très à l'aise avec la justice... et sur laquelle les médias avaient misé gros !

Donc, panique dans les médias américains mais aussi (et surtout ?) français ! Depuis des mois, les médias français avaient décidé que la Primaire de la Droite serait leur jouet : on nous a donc vendu un Juppé nouveau : exit les condamnations, les affaires, la fuite au Canada, le côté empathique comme une enclume et le mépris qu'il a pour les gens en général et la droite en particulier. On nous l'a vendu et survendu. On nous a répété à l'envie l'identité heureuse (sans jamais nous dire que c'est simplement l'appellation juppéenne du Vivre-ensemble socialiste), on nous l'a montré en chemise à carreaux (transgression ultime mais avec l'étiquette qui dépasse encore tellement elle a été achetée pour la photo, on ne peut pas tout voir). Maintenant Juppé a prouvé qui il est : toujours le même animal politique à sang-froid, dépassé depuis les années 80, nous parlant de Prisunic comme notre Papi nous raconte encore comment il collectionnait avec Mamie les points COOP, suffisant et fuyant lors des débats, ne répondant à rien mais visiblement agacé d'être encore obligé à son âge, de prouver qu'il est un candidat sérieux. C'est vrai que prôner le recul de l'âge de la retraite quand on s'est pressé de la prendre à 58 ans, c'est un peu léger mais bon... c'est Juppé. 

Panique aussi car les médias, fidèles à eux-mêmes, avaient du même coups enterré Sarkozy, qui devait ne jamais revenir. Mais voilà, suite à la guerre fratricide entre Copé et Fillon (Messieurs Pain au chocolat et Sourcils froncés) Sarkozy est revenu. Son retour devait être raté. Malheur, les salles sont pleines, les adhésions au Républicains remontent, le candidat est là, pugnace et a gagné en second degré. Il ne cogne plus, il tape où ça fait mal. Il ne provoque plus, il rappelle qu'il a toujours dit que le terrorisme était à nos portes, que le communautarisme était un danger, que le vivre-ensemble ça ne se décrète pas et qu'on a des droits en France à condition d'en accepter les devoirs. 

Donc, la dernière trouvaille des médias, c'est le plan F, comme Fillon. C'est sûr qu'il ne fait pas rêver, c'est certain que son côté croque-mort n'est pas un avantage mais, à côté de Juppé, il fait presque vivant ! Ce plan Fillon c'est simple : soit Fillon prend des points à Sarkozy et l'affaiblit, soit il en prend à Juppé et les médias diront "On avait senti un mouvement", seulement voilà le mouvement il vient... des médias !
Quid de nouvelles propositions, de constat innovant, de prises de positions différente de la part de Fillon en début et en fin de campagne ? Quid de sa prestation falotte dans les débats ? Rien de neuf sous le soleil... sauf les projecteurs allumés, braqués et focalisés sur lui dans la dernière semaine. 

Ah, la panique des médias, celle qui fait dire à certains comme JM Apathie qu'il faudrait s'interroger sur le suffrage universel comme si les gens étaient tellement idiots qu'ils étaient incapables de suivre les consignes de vote des médias données de façon subliminale ou, parfois, de façon moins subtile...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :