Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Quand éclate le PénélopeGate, on peut s'interroger sur beaucoup de choses. Certains s'intéressent à "d'où ça vient", d'autres à "pourquoi maintenant" et bien moi, je vous propose d'analyser rapidement la communication politique en action. 

Acte 1 C'est pas vrai

Le premier réflexe des communicants c'est de nier tout en bloc. Il n'y a rien, pas d'affaire, c'est insensé. Ca permet, dans un premier temps, de gagner... du temps ! Et surtout de mettre en place la petite musique de fond sur laquelle la partition va se dérouler. Là, on demande à tous les porte-paroles de nier. Plus la négation est outragée, plus elle impacte. Alors il ne faut pas craindre d'en faire des tonnes. 

 

Acte 2 Défendre mon honneur

La deuxième phase, c'est de mettre en avant l'honneur bafoué. En effet, si on vous reproche quoi que ce soit d'indigne, d'immoral, il faut évidemment remettre l'honneur et la morale en avant. On ne doit en aucun cas laisser penser que l'accusé est coupable, mieux, il devient au dessus de tous soupçons. 

Acte 3 C'est un complot 

Maintenant que la mise en place est faite, passons à la phase complot. Evidemment, comme l'accusé est innocent (on vient de vous le répéter en boucle), il faut bien que ça vienne de quelque part et surtout que ça serve les intérêts de quelqu'un d'autre.Et on peut même demander à la justice d'aller vite, de vous entendre en urgence (qu'importe que le citoyen lambda, lui, doive attendre des mois, voir des années pour voir un juge...). Comme c'est un complot, cherchons la source et alors là, on a le choix, mais il faut faire attention à donner plusieurs pistes. En donner une seule, c'est diffamatoire, en donner plusieurs, ça permet à chaque personne qui y accorde foi de coller le complot sur le dos de celui qu'il aime le moins. Dans le cas d'espèce, on aura le choix entre : la gauche, Macron, les sarkozystes, le FN et pourquoi pas les Russes !  
 

Acte 4 La victimisation 

Comme il y a complot, il y a victime. Donc, par un jeu de passe-passe, l'accusé devient victime. Le monde entier est contre lui. Evidemment, là encore, c'est parce qu'il est dangereux, qu'il fait peur aux castes dirigeantes (peu importe qu'il en soit lui-même l'incarnation, qu'il se soit servi de tous les privilèges de caste, qu'il s'y vautre car plus c'est gros plus ça passe. 

Acte 5 Rassemblons-nous 

Maintenant qu'on vous a prouvé (sans jamais donner la moindre explication sur le fond, faut pas non plus déconner), les communicants se disent "Il faut tirer avantage de la situation" et c'est là que ça devient ubuesque. On commence à vous dire "Comme je suis accusé, c'est que je suis innocent, sinon on ne m'accuserait pas alors votez pour moi". On est bien d'accord que cette phrase contient en soi une infinité de conneries et de foutage de gueule mais on l'a déjà dit, plus c'est gros, plus ça passe. 

Le PénélopeGate est un cas d'école, on a suivi les étapes avec la régulatrité d'un métronome. Bon, dans la réalisation c'est brouillon mais le script est là ! 

Partager cet article

Repost 0